AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


[Appartement II] Le chant du départ ♣ Lains
avatar
INFORMATIONS

ft. : Haru Okumura - Persona 5
Métier : Jardinière
Messages : 39
Date d'inscription : 23/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Bronze

Le Chant du Départ
Charlotte & Lains

« Pourquoi certains n'auraient pas tout ? Il y en a qui n'ont rien. Ça fait l'équilibre. »
Charlotte avança lentement dans l’appartement, la curiosité toute fraîche sur la frimousse. Elle avait laissé ses chaussures à l’entrée, le contact de son collant fin presque trop abrupte sur le sol lisse et polie du nouvel appartement. Schaf avait voulu rester mais elle avait réussi à le convaincre d’aller enfin prendre du repos et qu’elle s’en sortirait très bien toute seule.

Et elle y croyait à un détail près.

En vérité, ce n’était pas tant l’emplacement qui lui causait de l’inquiétude – certes, elle était loin de son garde du corps et la résidence Light Sleep semblait trop cacophonique même pour quelqu’un d’aussi énergique qu’elle – mais la curiosité anxieuse qui s’imposait à elle avait pour origine un tout autre sujet : il s’agissait ici et ce, pour un temps indéterminé, d’une collocation, l’idée même complètement ridicule pour une jeune femme comme Charlotte.

Rien que le terme la rendait perplexe. Chez elle, à Vienne, elle avait une énorme chambre pour elle toute seule, et la première personne qu’elle voyait en général le matin était une des suivantes suivit de fort peu de la silhouette imposante de son garde du corps. Voir des inconnus tout les jours ? Les regarder prendre le petit-déjeuner ? Oh mon Dieu, entendre la douche ou les croiser avec une brosse à dents ? C’était aussi terrifiant qu’un tantinet excitant, il fallait bien l’admettre et les sillons de nouvelles idées et coups de poker scintillèrent bien à l’abri sous le front blanc et les boucles vaporeuses de l’autrichienne.

Charlotte caressa du regard son reflet dans un des miroirs. Elle portait encore la tenue de la soirée mouvementée qu’avait organisé les obscurs dirigeants de leur nouvelle cité d’or et retira nonchalamment ses gants en regardant autour d’elle, les doigts agiles contre la soie onéreuse. Elle était seule pour l’instant mais visiblement il y avait déjà quelqu’un qui occupait les lieux. Fronçant le nez en jetant un dernier coup d’œil vers la porte, elle fit quelques pas rapides vers la seule chambre où la porte était fermée. « Voyons voir ce que tu caches… »

La chambre était propre, lumineuse, les fenêtres gigantesques donnant sur les néons technicolors du quartier. La valise suavement posée contre le mur était cadenassée et il n’y avait pas de nom visible. Elle gonfla les joues en essayant de venir à bout de la fermeture éclair mais rien n’y fit et le bruit de la porte d’entrée la fit bondir. « Oh flûte ! » Glissant à toute vitesse sur le parquet ciré, elle parvint in extremis dans le salon alors que le jeune homme terminait de retirer à son tour ses chaussures. « Bonjour » Fit-elle les joues un peu rouges. Elle cilla, le sourire tremblant un peu sous la réalisation. « Vous êtes un homme. » Observation ? 10/10. C’était mixte ? Charlotte glissa une mèche de cheveux chocolat derrière l’oreille, le bout du nez se fronçant sous la désapprobation. « Ce n’est pas très convenable mais je suppose qu’à Rome il faut faire comme les romains. Charlotte Metternich. » Elle s’approcha d’un petit pas gracieux et tendit sa main en premier salut amical enfin. Le sourire fit pétiller les iris et elle eut un mouvement vers la seconde porte. « Il semblerait que j’ai été affectée à cette pièce… petite. C’est un peu petit, non ? Je ne me rends pas bien compte. Vous savez cuisiner ? Vous êtes très grand en tout cas, c’est fort utile. » Et de battre des cils joyeusement.

(c) DΛNDELION

_________________

close your eyes


it's all a game, really


“When people say impossible, they usually mean improbable.”
(c)miss pie

avatar
INFORMATIONS

ft. : Trafalgar Law
Métier : Strip-teaser
Messages : 21
Date d'inscription : 23/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Bronze
ft. Charlotte & Iseult
Le chant du départ
L'idée de te trouver dans un monde différent du tien est encore flou dans tes pensées, alors tu n'as pas tout de suite réalisé qu'il te faudrait un nouvel endroit où vivre. Heureusement, un appartement te fus attribué sans que tu n'es à y songer. Cependant, tu trouves cela d'autant plus étrange, maintenant que tu y réfléchis : comment ne pas douter d'un endroit qui te loge sans te demander d'argent en retour ? Tout te paraît un peu trop idéaliste dans ce lieu débordant de richesse. Tu te demande s'il s'agit d'une arnaque ou si, comme tu le penses, ce n'est qu'une blague à durer limitée. En tout cas, tu es ici pour une durée indéterminée, alors autant jeter un œil à ce lieu qui te servira d'habitat.

Le quartier dans lequel tu résides te semble particulièrement animé et tu songes déjà à tes insomnies chroniques qui ne s'arrangeront certainement pas avec le bruit. Peu importe, tu as l'habitude et le nom de la résidence te sied à merveille : Light Sleep. Tu n'as pas eu de difficultés à la trouver d'ailleurs, preuve que tu ne t'es pas trop dispersé en chemin.
L'appartement II, c'est donc ça. Tu commences par observer l'extérieur, jaugeant la taille du lieu. Tu sais que vous serez plusieurs à y habiter, alors tu espères que vous ne serez pas trop entassé. Cohabiter ne t'inquiètes pas particulièrement, après tout tu as partagé ta chambre avec ton frère durant des années et il n'était pas toujours facile à vivre. Il ne l'était jamais, en fait.

Tu hésites un instant à frapper à la porte, avant de te souvenir que tu es supposé être chez toi. Tu entres donc et jettes un regard à l'intérieur. Assez spacieux, apparemment.
Tu ne dois pas être le premier arrivé puisque tu entends du bruit tandis que tu retires tes chaussures. C'est une jeune femme qui vient à ta rencontre, les joues rougies et le sourire hésitant. Tu ne t'attendais à rien de particulier, alors tu n'es pas tellement étonné que l'appartement sois mixte, ce qui ne semble cependant pas être son cas.

« Bien joué, Sherlock. Toi, tu es une femme, dis-tu avec un petit sourire moqueur. »

Elle te tend finalement sa main, tout en se présentant. Bien, tu commençais à craindre qu'elle te reproche d'être un homme.

« Lains Keelan, te présente-tu en serrant brièvement sa main. J'imagine donc que nous sommes colocataires. »

Tu t'avances un peu plus dans la pièce afin de percevoir les portes des chambres ; il y en a trois, peut-être accueillerez-vous une troisième personne. Au moins, vous aurez la place de cohabiter sans vous marcher dessus. Observant les lieux, tu essaies d'assimiler tout ce que te dis ta nouvelle connaissance en même temps.

« J'ai connu plus petit, t'avances-tu, songeant que Charlotte a peut-être connu plus grand, elle. Je sais cuisiner quelques trucs simples. Le minimum nécessaire, en fait. »

Clairement, tu n'es pas un cuisinier de luxe. D'ailleurs, tu n'es pas particulier doué pour t'entretenir, en particulier en ce qui concerne le rangement. Tu devras sûrement faire des efforts si tu veux que les choses se passent au mieux.
En te déplaçant, tu jettes un œil à l'autre chambre qui est ouverte, contenant une valise que tu supposes être la tienne. Votre arrivée a été prévue, visiblement. Tant mieux, tu vas pouvoir changer ces vêtements affreusement serré que tu portes depuis ton arrivé ici.

« Tu m'excuses un instant ? J'ai besoin de me mettre à l'aise. »

Sans attendre la réponse - tu n'en attends pas, en fait - tu entres dans la pièce en retirant déjà l'affreuse cravate qui te serre le cou.
Page 1 sur 1


Sauter vers: