AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Dust in my Eyes and a Tear in my Sail [Mae]
avatar
INFORMATIONS

ft. : Gintoki
Messages : 31
Date d'inscription : 21/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Bronze
Dust in my Eyes and a Tear in my Sail
All the lives always tempted to trade Will they hate me for all the choices I’ve made Will they stop when they see me again ?
Monster hospital, can you please release me ?
Tout devenait rapidement habituel. La réalité n'était pas bien différente du reste. L'humain s'était toujours acclimaté de façon spectaculaire. Il prenait rapidement goût à des choses qui lui auraient été néfastes autrefois. Et c'est à peu près ce que je pouvais constater quotidiennement. Tout autour de moi, les choses devenaient un quotidien fragile. Les gens n'étaient plus surpris. La normalité s’immisçait, lentement, sûrement. Quant au travail, il n'a jamais été bien différent du reste. Les mêmes banalités revenaient toujours. Les patients étaient identiques. Tous. Car l'humain ne changeait pas. Il s'adaptait, mais n'était pas modifié pour autant. Sa nature était la même, au plus pur, au plus profond.

Je feuilletais le dossier d'un patient. Le dossier n°14658. Il s'agissait d'un homme qui se rendait régulièrement en consultations. Son histoire était classique. Il n'avait aucune souffrance particulière. Un stress, une fatigue. Rien de plus. C'est, du moins, ce que je pensais. Pourtant, l'hôpital détenait dans son dossier des informations essentielles. Il ne se rendait pas entre ces murs simplement pour des consultations. Il avait passé une série de nombreux examens, divers et variés. Son parcours médical était ancien. Il s'était accentué ces dernières semaines. Il n'avait, devant moi, pourtant jamais mentionné le moindre problème de santé.

Ce qui était inquiétant, néanmoins, était que le patient du dossier n°14658 était sous traitement. Je ne connaissais pas la nature de ce traitement. Certaines pièces manquaient au dossier. Il était, cependant, indiqué à plusieurs reprises que le médecin ayant récupéré le suivi médical était le Docteur Priest. Avec cette information, il n'était pas bien compliqué de la retrouver dans l'enceinte de l'hôpital pour lui demander les éléments manquants.

Je furetais dans les couloirs, à la recherche des noms inscrits sur les bureaux et les cabinets. Je traversais différents services, que je n'avais jamais exploré jusqu'alors. Certains étaient plus encombrés que d'autres. Certains laissaient paraître une plus grande souffrance. Je ne m'y attardais cependant pas. J'avais traversé la moitié de l'hôpital lorsque je trouvais enfin le nom Docteur Priest gravé sur la plaque dorée d'une porte. Le dossier à la main, je tapais trois fois.

avatar
INFORMATIONS

ft. : suiren shibazeki - hibi chouchou
Métier : médecin
Messages : 12
Date d'inscription : 21/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Bronze


Dust in my Eyes and a Tear in my Sail

Elle n’était finalement que face aux banalités d’une vie nouvelle. Sans doute que son adaptation était bien trop présente dans ce bout de femme, ou bien la simple perspective d’être possiblement face à l’argent lui rendait tous beaucoup plus facilement.

Dans son bureau personnel, en tant que médecin ici, but enfin achevé bien qu’il ne s’agissait pas réellement de la réalité convoitée. Mae un soupire qui laisse transparaître sa fine présence sous une ribambelle de paperasse qui ne permettait pas d’entrevoir la moindre forme de son être. Il fallait le dire, elle avait toujours été douée pour jouer à cache-cache, même lorsqu’elle ne désirait pas être dans la partie.

D'ailleurs, c'est ce que lui paraissait cette journée. Un cache-cache grandeur nature pour lequel elle n'avait pas accepté la participation. Aucun patient ne lui avait été demandé, bien qu'elle travaillait aujourd'hui, ce n'était pas pour les consultations. Avec un peu de chance, le silence serait de mise pour l'ensemble de ce regroupement d'heure. L'absence de contact et de visibilité. Pourtant. Sans prévenu. Trois intensités qui lui brisent son silence de papier.

Toc, toc, toc.

La porte qui cachait son futur bourreau du jour.

Un oui sans doute inaudible qui s’échappe à peine de ses lèvres. Comme si cela pouvait amener à quelque chose de concret. Pourquoi donc devait-elle être dérangée dans cette seule possibilité d’intimité. Son visage ne laissait rien transparaître, mais son corps était bien las. D’une raideur sans égale, lorsqu’elle cherche à se lever de sa chaise en direction de cette porte toquée. Peut-être finalement, aurait-elle du feindre sa non-présence, du moins, c’est ce qu’elle se dit lorsqu’une fois la porte ouverte Mae tombe sur une de ces autres blouses blanches.

« Ah euh oui. Bonjour ? C’est pour euh ? »

Instinctivement son regard qui s’était baissé face à la présence humaine. Mais qui bien que délicatement, essaye de remonter un peu. Jamais trop haut. Juste au niveau de ses mains, un dossier.

« Un patient ? »

Finalement trouvée plus rapidement qu'elle ne l'aurait pensé.
GUESS THAT WOMAN DON'T WORK FOR FREE
+ PHARAOH  LEAP
avatar
INFORMATIONS

ft. : Gintoki
Messages : 31
Date d'inscription : 21/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Bronze
Dust in my Eyes and a Tear in my Sail
All the lives always tempted to trade Will they hate me for all the choices I’ve made Will they stop when they see me again ?
Monster hospital, can you please release me ?
Il n'y avait pas grand chose à faire. Il n'y avait pas grand chose à dire. Devant lui se dressait un spécimen réduit, une sorte d'anomalie de la nature. Il n'y avait, pourtant, pas de critère réel pour devenir médecin. Mais qui s'attendrait à cela ? Ce n'était pas réellement un inconvénient. Juste un fait. Et il ne s'agissait pas de sa taille ou son physique. Simplement de son degré de sociabilité.

« Docteur Priest ? »

Cette question ne méritait aucune réponse. C'était absurde et évident. Aussi absurde qu'une personne en blouse blanche dans un cabinet de médecin, dressée devant un bureau couvert de piles de dossiers. Probablement que celui-ci n'avait pas plus d'importance que le reste. Mais il n'en était pas moins nécessaire.

« Oui. Il y a un problème avec son dossier. »

Le dossier tendu vers elle, je l'invitais à le prendre. Il n'était pas bien épais, mais était constitué d'un certain nombre d'analyses et de comptes rendus divers. Ce patient avait traversé plusieurs services, et chacun avait laissé des traces plus ou moins négligeables de son passage. Ce qu'il en était réellement était difficile à déterminer. Il n'y avait pas de diagnostic ou de finalité à son parcours.

« Il est dans le service psychiatrique depuis quelques temps. Je suis le Docteur Hawkins, il est mon patient. Il est apparemment sous traitement lourd, mais il manque plusieurs pièces à son dossier. Il est indiqué qu'il est suivi par vous. Je pensais que vous pourriez peut-être m'en dire plus. »

Il aurait été étonnant que le docteur Priest se montre particulièrement bavarde. Ses réactions étaient fermées. Presque froides. C'était l'opposé de l'image traditionnelle d'un médecin. Mais était-ce réellement une marque de timidité ? Cela en était presque enfantin.

Contenu sponsorisé
INFORMATIONS




Page 1 sur 1


Sauter vers: